BD : Pourquoi fait-on des enfants ?

On se reproduit depuis la nuit des temps, sans savoir vraiment pourquoi. En 2019 (bientôt 2020), pourquoi décide-t-on de donner la vie à d’autres que soi ? C’est la question que se pose la bande-dessinée "Un bébé nommé désir". Fanny Lesbros est journaliste, co-auteure de cet ouvrage et maman depuis peu. Pour connaître le pourquoi du comment, elle a mené l’enquête.

Le livre s’ouvre. Nous sommes en 2012. Fanny Lesbros est journaliste, elle écrit pour Libé et couvre notamment, la manifestation pour l’égalité de droits entre tous les citoyens, le droit au mariage, à l’adoption et à la PMA. En même temps, elle se pose des questions. Beaucoup de questions. D’où vient le désir d’enfant ? Tout le monde peut-il être parent ? Pourquoi toutes les femmes ne sont pas à égalité, question maternité ?

Pour répondre à toutes ces questions, la trentenaire revient sur son expérience personnelle. Elle est en couple. Elle aime son mec. Ils s’aiment. Elle a toujours voulu être enceinte. “Quand, j’ai eu 30 ans, être à deux ne me suffisait plus” écrit-elle. Ils font l’amour. Ont de la chance. Elle tombe enceinte.

Dans sa quête de vérité, on la suit. Voyeuriste, nous le sommes un peu. Rassurez-vous, l’auteure et narratrice nous convie dans son intimité. On y rencontre ses parents. Sa mère qui criait beaucoup et cuisinait des plats sans saveurs. En quelques dessins, on découvre l’histoire de sa mère, celle de sa grand-mère (qu'elle vouvoie). Une femme devenue maman quelques années après la guerre. À cette époque, on tombait enceinte, un peu par hasard. Sans en avoir envie.

On tourne quelques pages, on croise alors son papa-psy. Dans le récit, un cancer de la prostate lui tombe dessus. La narratrice est ébranlée, nous avec. Un chapitre passe. Simone de Beauvoir fait irruption, elle déconstruit : "l'instinct maternel n’existe pas et la fonction maternelle sert de prétexte à l’asservissement à l’ordre masculin".

La narratrice joue son rôle de journaliste et observe la société. Elle parle d'un couple de femmes. Elles désirent un enfant. Sont prêtes à beaucoup de sacrifices. Elles acceptent de payer des sommes astronomiques pour se donner la chance d'être mères. Tous les jours, elles s'injectent quelques gouttes d'une hormone. Pour vivre en famille, elles souffrent, un peu, beaucoup.

Dans ce livre de 106 pages, l'auteure fait cohabiter des femmes qui militent pour la PMA pour toutes et d'autres qui renoncent à la maternité par conviction écologique. À chacune son désir.

On referme le livre sans avoir une réponse ferme et définitive. Heureusement.

3 questions à l'auteure et narratrice Fanny Lesbros :

D'où est venue l'idée de réaliser cette bande-dessinée ?

En 2013, j'étais enceinte et en même temps, journaliste à Libération. Dans mon travail, j'interviewais des couples de femmes homosexuelles, sur leur parcours de PMA. Je trouvais que mon désir d'enfant n'était pas du tout mûr à côté de celui de ces femmes lesbiennes qui se battaient, qui devaient faire des piqûres et même aller à l’étranger pour avoir un enfant. J'ai enquêté pendant quatre ans, pour répondre à la question : Pourquoi fait-on des enfants ? Aujourd'hui, on parle beaucoup de la PMA (procréation médicalement assistée) pour toutes les femmes, mais en 2013, ce n'était pas un sujet aussi important. J'ai donc voulu m'intéresser aux femmes qui désirent un enfant, mais qui n'y arrivent pas. Un sujet dont on parle peu en société, c'est tabou. Dans la BD, le personnage de Thaïs incarne toutes ces femmes, elle est un mélange de plusieurs femmes, de plusieurs rencontres.

C'est bon le livre est en librairie depuis quelques semaines, quels sont les premiers retours ?

Beaucoup de femmes se reconnaissent. Elles se retrouvent dans certaines situations, dans certaines scènes du livre et trouvent le récit "juste". Les lectrices et lecteurs mettent en avant le côté drôle, qui permet de dédramatiser le sujet, de prendre du recul par rapport à une thématique qui peut paraître délicate. Et puis, le commentaire qui revient aussi, c'est que le livre fait beaucoup réfléchir, c'est l'occasion de remettre nos certitudes en question. Ce livre sert de prétexte pour parler de ce sujet. Dans mon écriture, je ne juge pas, j'essaie de ne pas opposer les femmes qui veulent à tout prix un enfant, et celles qui décident de ne pas en avoir. Je respecte les choix de vie de chacune.

Après l'écriture d'un tel livre, peut-on répondre à la question : pourquoi fait-on des enfants en 2019 ?

Il n'y a aucune raison biologique. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est notamment le gynécologue René Frydman. En revanche, on désire un enfant à cause de la pression sociale : les films, les journaux, la publicité, les proches...mais aussi pour des raisons psychologiques et sur ce sujet, il y a autant de réponses que de femmes : panser les plaies de son enfance, transmettre des valeurs, avoir une continuité de son couple, connaître l'expérience physique de la grossesse... C'est compliqué de verbaliser ce désir.

Un bébé nommé désir, de Fanny Lesbros et Pauline Aubry, aux éditions Steinkis (18 euros)

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE