La jeune fille sans mains


C’est embêtant, de ne pas avoir de mains. Ça brûle les doigts, de ne pas les mouvoir.

On ne naît pas sans mains, on le devient, c’est la dure réalité de l’héroïne de ce conte de Grimm.

Le Diable est sacrément méchant, la jeune fille a les cheveux dans le vent, et les scélérats ont le vent en poupe. Il n’y a pas de doute, la cruauté a fière allure.

On lui a coupé les deux mains d’un coup, d’un seul. Ce genre de douleur, ce n’est pas agréable. Les larmes ont coulé, si fort, qu’elles ont relancé le cours de la rivière.

Elle est désormais, la jeune fille sans mains parce que son père, le meunier a préféré l’or. Il aimait trop l’argent, pour le quitter. Pragmatique pas romantique pour un sous : ‘l’argent est plus fort que l’amour’, il a pensé. Quel bougre.

Il est vrai qu’être propriétaire d’un moulin, c’est la mer à boire. On ne mange pas à sa faim. Ça rend les estomacs creux, et les sourires filandreux.

Un jour, c’était trop beau pour être vrai, on lui a dit adieu les problèmes, vive l’or. Il a sauté sur l’occasion, sans oser réfléchir, il a dit oui, plus que oui. Le bougre.

C’est la fille qui a payé. Pour la consoler, le papa a sculpté des bras dans de l’or fondu. Le résultat est glaçant. L’or, jusqu’ici ne remplace pas la motricité des doigts.

Elle s’enfuit, le paternel a perdu la boule, la mère est morte au combat. Plus rien ne demeure, à part l’or qui coule en un fil ininterrompu. Il y a de quoi hurler à la m(or)t.

Et puis, le bonheur reprend son petit bonhomme de chemin. Une fin heureuse, et toutes les peurs remontent au ciel.

Il y en a peu des comme ça. Des dessins qui s’animent, et qui prennent aux tripes. On verrait presque une feuille de papier, parcourue par une encre qui ne dégouline pas. Celle-ci est vive, dansante, expressive car peu tempérée.

L’émotion vagabonde au plus près de nos joues. On s’échauffe, on rentre dedans, on en oublie les voix, celles qui bercent, sans jamais basculer dans le monotone. On n’y verra pas un monde atone.

On dit merci à Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm qui s’effacent, un couple à suivre à la trace.

Lauréat du Prix France Culture Cinéma des Etudiants 2017 - récompensé à Cannes, le festival.

Vous êtes intrigué : Battez-vous contre le matérialisme, l'amour c'est beau. L'art, c'est mieux.

+ : On a le sentiment que le dessin est en cours de construction, d'animation. Voici la réponse du réalisateur Sébastien Laudenbach :"J’aime à penser que cet infini ouvre l’imagination du spectateur dont le cerveau, en manque, doit travailler pour en combler les lacunes. Tout comme cette jeune fille dont l’absence béante de mains l’oblige à avancer"

Crédit photo : La jeune fille sans mains - le film

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE