Errance sous la terre


La fantaisie des uns nous tient en alerte Des haut-parleurs nous parlent de blocage Les regards se tendent vers le ciel, comme en guise de rage Il y en a tous les jours comme le rouge qui couvre nos joues Sagement, on git, nos pieds ballants sur le quai Comme une poupée qui porterait du rose Surtout ne pas se laisser accaparer par nos névroses Nos corps s’amassent comme un dédale qui part en vrille Un brouhaha roule sur lui-même, il s'attarde sur mon échine La même voix sort de l’ombre pour souffler son gratin La baratin reprend son petit bonhomme de chemin On grimpe tous dans le wagon Il n’y a plus rien de suspect Pas même la valise qui jonchait, seule, sur le sol bétonné

Vous êtes intrigué : ça arrive tous les jours pour les chanceux du métro.

Crédit photo : Franklin Roosevelt - métro parisien

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE