étrange étranger

Ce texte appartient à une création radiophonique. L'émission s'appelle Les Yeux Fermés. Pour la consommer, il est conseillé de fermer les yeux, assis ou dans un lit. Les mots qui suivent introduisent une époque qui est la nôtre, sur une planète qui est la nôtre. Ce texte, prend tout son sens quand il est lu à voix haute, et les yeux fermés. L'émission "les yeux fermés" est toute fraîche, prête à réveiller les consciences et les inconscients.

La voix de Gaël : Je suis arrivé seul. Le reste de ma famille est là-bas. Sont-ils toujours vivants ?

Je les contacterai plus tard.

Ici, est une terre d’avenir. Mon cœur bat.

Je ne suis pas le seul. je le sais, je l’ai lu. Les autres sont là depuis des générations. Avant, ils étaient esclaves, aujourd’hui, ils ne possèdent rien. Rien d’autre qu’un bout de favela.

Je ne suis pas le seul.

Je me fond dans les autres, ceux, dont le grain de peau est colorié, comme le grain de sel est blanc.

Ici, je serai heureux, je travaillerai dur pour être médecin et porter du blanc.

Je porterai une blouse blanche sur le corps : le respect au-dessus de ma tête.

Ma mère m’appellera « le sauveur de vies ».

La voix de Xavier : Celui dont la teinte ne s’estompe pas, est discriminé tout au long de la journée. Celui qui sera médecin, ne sera pas médecin, il construira des toits.

La voix de Gaël : Ici, c’est étrange, les autres, dont la couleur n’est pas la mienne, m’esquinte du regard. Je me sens autre, comme étranger à l’espèce humaine.

La voix de Xavier : Depuis un moment, le métissage s’aménage un terrain d'entente, un espace vital.

Les brésiliens accueillent peu.

D’après les chiffres, ils sont toujours aussi racistes. Les nouveaux arrivés sont à peine logés, ils installent le peu d’affaires et l’espoir qu’ils trimballent.

Ils vivent entre des murs, qui forment un mot, une occupation. Ils se réveillent et se couchent dans des lieux, des occupations.

Qui sont désertées, par le reste du monde. Qui pourrait se satisfaire de l’insalubre ?

Et l’insalubre s’organise.

Ils ont fui le lugubre, pour rencontrer une nouvelle forme d’aventure.

La voix de Gaël : Ici, je suis étranger. Ici, je suis immigré. Ici, je suis étrange.

C’est Ici, que je suis autre.

INDICES :

Pour visiter encore et encore les yeux fermés. COMMENT VOUS PARLER D'UNE EXPOSITION QUE VOUS N'AVEZ PAS VUE ET QUE VOUS NE VERREZ PEUT-ETRE JAMAIS ? Belle écoute!☆彡

Merci à Ícaro Lira et Shambuyi Wetu pour leur transmission et leurs échanges qui ont permis de donner à penser cette furieuse São Paulo. Cet art du lien qui permet à ces hommes artistes migrantsexilésréfugiésimmigrés, assaillis de qualificatifs - de ne pas être engloutis, et de pouvoir créer à voix haute, la peau à l'air.

avec : * Déborah Gutmann, productrice, animatrice, rédactrice * Xavier Prieur, comédien, rédacteur * Hanna Rosenblum, comédienne, rédactrice * Claudius Pan, compositeur de la BO, comédien * Gaël Kamilindi, comédien de la Comédie Française * Léa Taieb, rédactrice * Lïor Cohen-Attia, visuels * Nathália Grotti, traductrice portugais/français

________________________________________ #12 - LES YEUX FERMÉS, 94.8FM du 30/01/2017. 'Museu do Estrangeiro', de Ícaro Lira du 3 octobre 2017 au 14 janvier 2018 Videobrasil et Sesc Pompeia, SÃO PAULO (Brésil)

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE