Grimm avait déjà tout vu


Lors de la sortie officielle de Blanche-neige en 1937, le succès était certain.

C’était le premier long-métrage d’animation à l’allure moderne car il reprenait des thèmes d’actualité.

La beauté, chose immatérielle, joue un rôle majeur. Dès les premières minutes du film, le miroir se révèle un accessoire indispensable. Il est témoin des excès du narcissisme féminin.

La vieillesse, condition que l’homme ne peut maîtriser est la cause de la monstruosité de la Reine. La cruauté s’assimile à des valeurs très primaires : la laideur et la vieillesse. Le physique est le reflet du mental.

Blanche Neige aborde donc des sujets indémodables. En 2013, ce conte de Grimm a été adapté deux fois au cinéma.

Phénomène spectaculaire : Blanche Neige, film qui pourrait s’adresser à des jeunes filles en fleur« un jour mon prince viendra », séduit un large public, preuve que ce long-métrage est résolument moderne.

Enfin les 7 nains, créatures géniales, à la « tyrolienne » mémorable, constituent une plus-value non négligeable. Ils donnent un côté rock’n roll à un conte de fée inclassable.

Vous êtes intrigué : Revenez au contre originel, celui qui fait triompher la cruauté. Il n'édulcore pas. Pas le moins du monde.

Crédit photo : Blanche Neige - le dessin animé

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE