Polisse a la peau lisse


SYNOPSIS : Polisse, c’est une prise de conscience, une immersion dans un monde coupable. Ce film décrit la réalité des policiers de la brigade de protection des mineurs. C’est un quotidien démentiel. Enfants et adultes se croisent. Ce sont des destins dévastés, tandis que le ton est décalé.

Polisse, ce n’est pas un film, ce n’est pas un documentaire. C’est une œuvre cinématographique inclassable. Maiwenn c’est la réalisatrice. Elle dompte le cinéma français. Elle lui donne un semblant de réalisme. Sélectionné au Festival de Cannes, la réalité plane et elle est terrible.

Ce n’est pas triste, c’est une histoire d’horreur : des enfants innocents sont poursuivis par des adultes méchants, racontée par une fée. La fée c’est Nicolas Duvauchelle, ou bien Karin Viard, policiers de la BPM, ce sont des sauveurs d’enfants. Les comédiens, ils jouent la comédie. Ils sont drôlement vivants. Il y a une vie après le travail, et c’est d’une vraisemblance absolument frappante. Il y a de l’amour mais ce n’est pas exhibitionniste.

Oui le sujet est tragique, mais la vitalité est puissante. Aborder un mal trop présent que l’on rêve d’ignorer, ce n’est pas pathétique. Le dialogue est vrai, pas de fioritures, de la justesse à tout prix. La musique, c’est un enchantement, elle berce le spectateur et réveille la polémique. C’est un combat contre les forces du mal dans un monde impitoyable.

L’humanité, elle est belle. C’est une révélation. Merssi.

Vous êtes intrigué : La cruauté n'a pas de fin. Lisez les faits divers, vous serez horrifié. Sinon protégez-vous des méchants.

Crédit photo : Polisse - le film

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE