J’aimerais être à l’heure, mais j’ai des problèmes de procrastination

La procrastination, un mal pour un bien.

blog écriture onlitles-a

La procrastination est une tendance urbaine et moderne qui se diffuse, et ne s’infuse pas.

Ma condition de retardataire inconditionnelle n’est plus supportable. Pour que le monde soit meilleur, et moi ponctuelle, il faut abolir la procrastination.

Procrastinatrice, depuis des générations, je prends du retard sur le fil de la vie. Le décalage est un présent inarticulé. Je me sens incomprise car prise par le temps.

Procrastination, pro : « en avant » et crastinus : « du lendemain », c’est naturellement reporter l’urgence. Je l’appelle pathologie car pathologique. La littérature l’appelle l'oblomovisme. [Oblomov, personnage éponyme et russe appartient au courant de la procrastination à outrance. Les turbulences de la vie n’ont pas su modifier sa paresse naturelle].

Cette névrose, n’est pas intrinsèque à ma personnalité, c’est une construction sociale. Ce phénomène a été étudié, la procrastination n’est pas génétique, elle est épidermique. C’est un mal curable.

La procrastination c’est le reflet de l’âme. Le comportement humain est à l’image de ses complexes. Un retard excessif, c’est un cruel manque de confiance en soi. La sensation d’une paralysie, qui implique une inertie maladive.

C’est vivre hors des contraintes définies par l’homme. Procrastiner, c’est développer une imagination non-partagée. C’est la dualité de la réalité.

Cette incapacité à respecter les délais, rend compte d’un rejet de la norme. C’est donc recréer les frontières du réel. Mon inconscience a réinventé la ponctualité. Dans une réalité que j’ai réalisée, je ne suis pas décalée, je suis même ponctuelle.

Ce défaut fait du bien à la créativité. Procrastiner, c’est un hymne à la liberté. C’est s’émanciper de la temporalité trop pressée.

Vivre en retard, c’est vivre passionnément le présent. C’est l’amour du carpe diem. Le «maintenant » étant la seule source d’épanouissement. C’est copier Montaigne. C’est faire des tautologies. « Quand je danse, je danse ».

Qui procrastine, vit heureux et a beaucoup d’enfants.

Le retardataire s’intéresse au moment. Il ne le néglige pas. Il prend du retard à s’attarder à un présent trop prenant. L’homme ponctuel réagit à un futur trop lassant.

Procrastiner, c’est bien.

Oscar Wilde, un jour a dit « Je ne remets jamais au lendemain ce que je peux faire le surlendemain ».

Vous êtes intrigué : La procrastination, ce n'est pas un sujet qu'on prend à la légère. Des bouquins sont écrits par des gens porteurs des lunettes.

+ : Vous pouvez lire John Ferry, l'art de reporter au lendemain, personnellement je le lis demain.

Pour l'acheter : https://www.amazon.fr/procrastination-Lart-reporter-lendemain/dp/2746733412

Crédit photo : Iliketoquote.com (pas très glamour, je l'avoue)

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE