J'ai vu Jackie

Elle se lasse si vite du paradis.

blog écriture onlitles-a

Là-bas, c'est un véritable enfer pour se procurer un sac Fendi, pour habiller sa nudité. Comme elle n'avait rien à faire aujourd'hui on a pris un verre, ici bas.

Vous avez raison de ne pas me croire.

Jackie avait un seul et unique fournisseur Chanel, elle n'oserait lui faire des infidélités.

Je vous avoue tout, je suis allée au cinéma. J'ai vu Jackie, un biopic hybride car il ne raconte pas sa vie.

Il étale la mort d'un président, un seul. Kennedy, celui qui a tout perdu le jour où une balle a déchiqueté son crâne. Il a fini en 1000 morceaux et son sang coulait sur les mains de la femme d'à côté.

Sa femme.

Celle qui va crever l'écran parce qu'elle a vu son espoir crever comme un pneu.

Celle qui a refait la Maison Blanche, pour qu'elle soit aussi blanche que la vierge immaculée. Celle qui connaissait la vie des présidents américains assassinés sur le bout des doigts. Celle qui a remis au goût du jour l'art, le chic, l'Europe.

Celle qui fumait comme un pompier mais qui niait le feu.

Un long-métrage qui raconte une femme qui perd son mari, qui s'imagine à la rue, qui ne perd pas le nord, qui a du sang sur le tailleur Chanel.

Je ne vous parlerai pas de Natalie Portman parce qu'on oublie qu'elle est là. J'en ai déjà trop dit.

Jackie s'appelait Jacqueline, un clin d'œil à ses origines françaises. Aurait-on pu vénérer une Jacqueline ?

Vous êtes intrigué : Jackie reste une incompréhension. + : La BA est déjà spectaculaire.

Pour la voir c'est par ici : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=237866.html

Cette femme, était douée d'imperfections que l'on peut découvrir dans l'autobiographie Jackie, une femme d’influence, Maud Guillaumin. Crédit photo : Jackie - le film

ON PERD DU TEMPS SUR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon

IL Y A SOLEIL DONC IL Y A NEWSLETTER

EN VOGUE